Moraliser l’avortement est une violence ! Signez la pétition

La double cause de conscience pour l’IVG participe à la moralisation de l’avortement et éloigne les femmes de l’accès à ce droit fondamental. En 2018, de nombreuses femmes n’ont pas accès comme elles le devraient à l’avortement pour des raisons morales, c’est une violence de plus infligée aux femmes ! Signez la pétition pour demander le retrait de cette clause.

« Le droit des femmes à vivre leur sexualité sans procréer, à être enceinte ou pas, à poursuivre ou non une grossesse, à avoir ou non un enfant est la condition première de leur égalité avec les hommes. » rappelle le planning familial. Pourtant, aujourd’hui en France, de nombreuses femmes rencontrent encore une difficulté à accéder à l’avortement.

Compliquer le chemin vers ce droit est une violence de plus faites aux femmes. Alors quand le président du syndicat des gynécologues, explique naturellement que les gynécologues ne sont pas là pour « retirer des vies » qualifiant aussi naturellement l’IVG « d’homicide», nous devons dire STOP à de tels propos. 

En se cachant derrière la clause de conscience, nombre de gynécologues laissent les femmes sans accès à l’IVG. Dans certaines régions, les femmes doivent faire des kilomètres, dans des situations parfois catastrophiques, pour leur santé. Alors qu’on sait que plus un IVG est réalisé tôt moins le risque de complications est grand.

En effet, aujourd’hui, un médecin a d’après le conseil de l’ordre des médecins, « le droit de refuser la réalisation d’un acte médical pourtant autorisé par la loi mais qu’il estimerait contraire à ses propres convictions personnelles, professionnelles ou éthiques ». Le Code de la santé publique dispose ainsi qu’un praticien « n’est jamais tenu de pratiquer une interruption volontaire de grossesse ». Une double cause de conscience a été réaffirmée en 2001 pour l’IVG, dans la loi relative à l’interruption volontaire de grossesse, pour les professionels qui pratiquent l’IVG.

Cette double cause de conscience renvoie le message aux femmes que ce droit à l’IVG est un droit à part.

Quelle violence pour les femmes de se voir opposer l’accès au soin pour des raisons qui seraient « éthiques ou déontologiques ». C’est encore une fois les culpabiliser, leur demander de se justifier. Moraliser l’avortement comme essaient de le faire tous les Anti-IVG c’est empêcher qu’il puisse se réaliser sans violence pour les femmes.

Le Haut Conseil à l’Égalité entre les femmes et les hommes, préconisait, à nouveau, dans son rapport de 2017 la suppression de cette clause de conscience spécifique à l’IVG.

C’est également l’avis du Conseil de l’Europe qui s’alarmait en 2010 du « recours non réglementé à l’objection de conscience » au sein de l’Union européenne.

Madeline Da Silva, membre du Groupe F a lancé une pétition pour demander le retrait de cette clause de conscience pour les IVG afin que les femmes puissent accéder à l’IVG sans condition parce que c’est leur droit fondamental. #STOPCLAUSEDECONSCIENCE

SIGNEZ LA PETITION

Pour partager la pétition sur twitter

Pour la partager sur Facebook 

Et pour continuer à lutter contre les violences faites aux femmes, rejoignez la grande mobilisation #NousToutes qui organise le 24 novembre, une déferlante féministe, devenez volontaires !