Non, un féminicide n’est pas un « différend de couple » !

Quand les services de l’État banalisent les violences. Madame la ministre de la Justice, réagissez !

Un homme a tué sa femme de deux coup de fusil dans le ventre. Le substitut du procureur a parlé de « drame familial », une « séparation qui se passe mal ». 😡

« Mal nommer un objet c’est ajouter au malheur de ce monde »

Albert Camus

Les mots utilisés pour parler des violences conjugales tendent très souvent à effacer la responsabilité de l’agresseur, à minimiser la gravité des faits, voire à donner le sentiment que les torts sont partagés.

C’est faux. Il ne s’agit pas ici d’une séparation qui se passe mal. Il s’agit d’un meurtre d’une femme. On appelle cela un féminicide.

Madame la Ministre de la Justice, si les services de l’Etat ne sont pas capables de nommer correctement les violences que subissent les femmes, comment vont-ils sérieusement les prendre en charge ?

Interpellez Nicole Belloubet, ministre de la Justice, pour que l’ensemble des services soient formé.e.s à la lutte contre les violences que subissent les femmes.

powered by Typeform